Le sénateur Colin Kenny a été blanchi

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pas coupable d'harcèlement sexuel

Blanc comme neige!

 

 

Une firme d’enquêteurs privés embauchée par le Sénat a blanchi le sénateur Colin Kenny d’avoir harcelé sexuellement et verbalement son ancienne adjointe, Pascale Brisson, lorsqu’elle travaillait pour lui.

Brisson disait que le sénateur Kenny lui ordonnait également de faire des courses personnelles et de commander des vêtements pour lui sur internet.

Dans son rapport, qui n'a pas été rendu public, Deborah Jelly de Glencastle Security Inc., est catégorique: aucun acte de harcèlement de la part du sénateur n’a été posé.

Sur chaque accusation de méfait, dit l’enquêteuse Jelly, «le  harcèlement n'a pas eu lieu».

La plaignante a affirmé qu’elle passait plus de 50% de son temps à s’occuper des trucs personnels du sénateur, ajoutant qu’elle aurait préféré s’en tenir à du travail parlementaire pour lequel elle avait été embauchée.

Kenny et Brisson ont cinq jours pour prendre connaissance du rapport après quoi les sénateurs décideront du sort de leur confrère et de son ancienne adjointe.

Glencastle Security Inc. est une compagnie d'Ottawa spécialisée dans les enquêtes sur les conflits de travail de toutes sortes. Le Sénat avait choisi de ne pas impliquer la police, mais le NPD, qui n’a pourtant rien à dire au sujet des affaires du Sénat, avait néanmoins exigé une enquête juridique complète dans cette histoire et dans celles d’autres sénateurs.

Kenny a refusé de commenter  les conclusions du rapport.

«Je dois respecter le processus, avait-il déclaré il y a quelque temps.  J'ai une grande confiance que, finalement, je vais être exonéré.» Le sénateur ontarien avait rejeté les accusations portées contre lui en novembre.  Pascale Brisson n’a pas fait de commentaire.

Le chef libéral Justin Trudeau a refusé de commenter lui aussi. «Je n'ai pas de sénateurs dans mon groupe parlementaire et ce sera au Sénat de décider ce que seront les prochaines étapes», a-t-il simplement dit.

 

Colin Kenny a été nommé sénateur libéral en 1984 par Pierre Elliott Trudeau, mais a démissionné pour siéger comme indépendant en novembre dernier.

Selon la un reportage de Radio-Canada, l’enquêteuse au dossier aurait interrogé Brisson, Kenny, deux autres de ses employés et un autre sénateur qui avait employé Brisson.

L'enquêteuse,  semble-t-il, n'aurait pas parlé aux parents de Pascal Brisson, ni à ses amis, ni à son médecin, même si la plaignante avait dit publiquement qu’elle avait discuté avec eux de son temps chez le sénateur.

Depuis le début de l’enquête, sept autres femmes se sont prononcées publiquement au sujet du sénateur Kenny. Mais, semble-t-il, elles n’ont pas été rejointes par l’enquêteuse Jelly.

Colin Kenny aura atteint l’âge obligatoire de la retraite du Sénat à 75 ans en 2018, date à laquelle il y aura siégé pendant 34 ans.

 

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires