Flaherty quitte les finances

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Et celà après huit ans difficiles

Il était temps...

 

 

Le ministre fédéral des Finances Jim Flaherty a démissionné soudainement de son poste cette semaine, créant un immense mystère autour de son départ.

Il a affirmé il y a à peine un mois qu’il n’abandonnerait pas ses fonctions avant l’année prochaine. Mais voilà que soudainement il change d’idée. Pourquoi?

Il est vrai qu’il souffre d’une terrible maladie de la peau (la pemphigoïde bulleuse) qui fait enfler son visage. Mais ce n’est pas pire maintenant qu’auparavant.

Flaherty a été clair: son départ n’est pas lié à sa maladie. C’est qu’il veut passer plus de temps avec sa famille.

Il restera donc comme simple député conservateur jusqu’à ce qu’il se déniche un emploi dans le secteur privé. On croit qu’il occupera un poste important dans une banque ou un autre emploi dans le domaine des finances très bientôt.

 

On sait qu’il a y eu un différend d’opinion entre lui et  Stephen Harper récemment au sujet du fractionnement du revenu des particuliers, un plan d’impôts pour aider les plus riches (15% de la population) aux dépens de la classe moyenne (85%).

 

Harper veut aller de l’avant avec cette promesse de 2011 lors des prochaines élections, tandis que Flaherty perçoit le plan comme une injustice envers les moins fortunés.

Harper est en faveur du plan; Flaherty est contre.

Le grand malheur de ce dernier est que, durant les huit ans où il a dirigé le ministère des Finances, il n’a jamais pu équilibrer un seul budget.

Flaherty a hérité d’un surplus de 12 milliards $ des libéraux de Paul Martin, mais il a tout dépensé et s’est trouvé en position déficitaire  avant même la récession de 2008.

Ensuite, un déficit après l’autre s’est ajouté chaque année à la dette fédérale qui, cette année, a atteint un record de 600 milliards $, soit la plus élevée de l’histoire canadienne.

 

Deux jours après la démission de son ministre,  Harper avait déjà trouvé son remplaçant en la personne du ministre des Ressources naturelles, Joe Oliver, 73 ans, originaire de Montréal et diplômé de l’université McGill, devenu banquier et avocat.

Oliver est le plus vieux ministre des Finances nommé au Canada, mais quelqu’un qui connait bien le milieu financier d’un bout à l’autre du pays.

Oliver, qui est bilingue, est un ancien président de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario. Il est plus proche de la pensée de Harper, ce qui augure bien. Du moins on le souhaite.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires