Un autre scandale au Sénat

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Des sénateurs qui sont payé pour parler

La semaine dernière je vous ai raconté comment des sénateurs conservateurs (qui sont payé 133 400 $ par année) profitaient en allant chercher une autre petite allocation de 20 000 $ pour une résidence qu'ils déclarent être leur demeure secondaire (un petit pied à terre à Ottawa) mais qui, en réalité, semble être leur demeure principale.

Le Sénateur Patrick Brazeau pour un, déclare une maison à Maniwaki, Québec, ou habite son père comme sa résidence principale. En réalité le Sen. Brazeau habite avec sa petite amie en banlieue d'Ottawa et reçoit une allocation pour la maison à Maniwaki.

On apprend maintenant que certain sénateurs conservateurs facturent 5.000 $ à 8.000 $ comme conférenciers à des congrès ou des conférences.

Ils sont bien permis de raconter des anecdotes amusants, ou parler de leurs intérêts politiques particulier, comme le Sénateur Jean-Guy Dagenais sur les armes à feu, mais de révéler à des groupes particuliers ce que sont les intentions législatives du gouvernement, ça c'est d'autres choses.

La loi parlementaire ne permet pas à des parlementaires de recevoir de l'argent en retour les secrets législatifs du gouvernement.

Trois sénateurs conservateurs qui reçoivent une rémunération comme conférenciers sont : Mike Duffy, ancien journaliste à la télévision CTV qui a beaucoup de bonnes histoires à raconter, Larry Smith, ancien président des Alouettes qui parle avec brio de l'importance de la ténacité dans la politique aussi bien que dans le sport, et Jacques Demers, ancien instructeur du Canadien de Montréal et de Detroit qui parle avec passion de son défi personnel à surmonter l'analphabétisme.

Leurs discours valent bien le prix que payent les associations et regroupements qui viennent les écouter.

Mais aller plus loin pourrait présenter des problèmes.

Ça se comprend. Imaginez un sénateur qui ramasse des 5 000 $ du coup pour expliquer d'avance aux banquiers ce que son gouvernement prépare sur la loi qui gouverne les banques. C'est aussi pire de révéler ce qui sera sur les banques dans le budget.

Jusqu'à présent nous n'avons aucune preuve qu'un seul sénateur aurait enfreint la loi, mais il y en a qui s'inquiète au parlement.

Maintenant il a été décidé que les conférenciers-payés du Sénat devront comparaître devant un comité du Sénat pour s'expliquer.

Un petit problème : Ils seront jugés par d'autres sénateurs, des sénateurs justes comme eux.

La  suggestion du NPD est assez simple : Mettre la clef dans la porte au Sénat.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires