L'achat du F-35 tourne en fiasco pour Harper

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Augmentation des coûts de 500 %

Des F-35 très coûteux

Le fiasco des avions de chasse F-35 a frappé le Premier ministre Stephen Harper en plein visage. Tout est à recommencer.

Les avions coûteront cinq fois ce que Harper avait promis. C'est une augmentation de 500 % sur deux ans, quelque chose de jamais vu dans l'histoire canadienne.

Le 9 000 000 000 $ pour les 65 avions de Lockheed Martin en 2010 sont rendus à 45 000 000 000 $ aujourd'hui.

Mais Harper refuse de s'excuser, même d'exprimer des regrets pour ce qu'il a fait.

Harper admet seulement que la commande des F-35 est peut-être à repenser et que son gouvernement pourrait commander un autre type d'avion -- le Eurofighter Typhoon ou le Boeing CF-18 Super Hornet.

Jusqu'à date Harper a dépensé 414 millions $ en préparation pour la commande des F-35 sans que nous avons un seul appareil dans les airs.

Harper dit qu'il ne doit aucune excuse à personne.

Il dit qu'il n'a pas encore pris de décision finale sur la commande.

La décision d'acheter ces avions de chasse F-35 est venue en juillet 2010, sans suivre un processus concurrentiel normal, sans appels d'offre, et sans discussion au parlement pour établir quelle sorte d'avion nous avons besoin.

Harper a dû se réveiller un bon matin et a décidé d'annoncer ce qu'il avait décidé. Vladimir Poutine aurait dû être fier. C'est comme ça qu'il prend ses décisions lui aussi.

Harper avait annoncé que les coûts des F-35 ne seraient pas plus que 9 milliards$ pour une durée de vie de 20 ans. Il s'est même venté qu'il avait ça en noir sur blanc. Ce n'était pas vrai.

Le directeur parlementaire du budget Kevin Page avait estimé les coûts à 30 milliards$ sur une durée de vie de 30 ans.

Harper s'est moqué de Page, le faisant passer pour un ignorant. On voit maintenant que s'était Page qui avait raison.

Au printemps dernier, le vérificateur général Michael Ferguson a conclu que le F-35 coûterait 25 milliards $ sur 20 ans.

La firme de vérificateurs indépendants KPMG a attesté hier qu'il fallait tenir compte dans les coûts des pertes d'avions au cours des 40 ans aussi bien que les coûts de la maintenance, des coûts d'exploitation pour un grand total de 45,8 milliards $.

Le ministre de la Défense Peter MacKay a refusé de s'excuser du fiasco, qui est le pire d'achat militaire depuis la deuxième guerre mondiale.

Le chef libéral Bob Rae a souligné que les conservateurs ne sont même pas exprimé un seul regret pour le fiasco. Au moins ils auraient pu dire qu'il voulait bien faire, que leur cœur était à la bonne place. Mais non, rien !

Un autre rapport publié aujourd'hui constate que les retombées industrielles qui découleront de la fabrication du F-35, sont estimées à 9,8 milliards de dollars. Toutefois, ces possibilités vont disparaître si le Canada se retire de l'achat du F-35, encore contrairement à ce que Harper avait promis en 2010.

Nous n'avons aucune garantie que l'industrie canadienne est assurée de gagner des contrats. Tout au long de la ligne, ce que Harper disait ne s'est pas avérer vrai.

Si Harper maintient sa commande de 65 avions, chaque F-35 nous coûtera 92 millions $ plutôt que les 75 millions $ que Harper avait promis.

Et pour finir, on note qu'il n'a même pas un seul F-35 dans les airs jusqu'à présent. Le premier vol n'est prévu avant 2017.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires