Chevrolet Camaro ZL1

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Sérieusement féroce

Francis Brière

Raleigh, Caroline du Nord – Vous souvenez-vous de la Chevrolet Camaro ZL1 d’origine ? Probablement pas, puisque ce bolide a été spécialement conçu pour la course de drag et à seulement 69 exemplaires. À l’époque, le bloc seul coûtait plus de 4000 dollars, ce qui faisait grimper la facture à plus de 7000$ pour l’acheteur qui désirait se procurer la voiture. Le V8 de 7,0 litres de la Chevrolet Camaro ZL1 1969 produisait pas moins de 430 chevaux ! Avec un peu de travail, de tarabiscotage et de sueur, l’on pouvait faire grimper facilement sa puissance à 500 chevaux ! Il s’agissait d’une machine de course, mais seulement quelques exemplaires ont fait carrière sur la piste.

Ces douces réminiscences ont inspiré les ingénieurs de General Motors à produire une ZL1 en version moderne. Si la Camaro SS n’impressionne personne en ce qui a trait à la prestation sur route, c’est encore pire en piste. En définitive, on ne pouvait, chez Chevrolet, édifier une version « superformante » de la Camaro en se basant sur les composants mécaniques de la SS. Il fallait donc un moteur digne d’une supercar ou presque, mais également l’attirail nécessaire pour rendre justice à ce bloc hyperpuissant. Vous pouvez nous croire, la Camaro ZL1 n’a rien à voir avec la version sport de ce modèle. Il s’agit d’une voiture différente à tous les égards, qui procure une expérience de conduite hors du commun. Peut-on parler d’une véritable supercar ? Observons de plus près.

Semblable, mais différente

Les concepteurs et ingénieurs de Chevrolet ont heureusement fait plus que greffer un « body kit » et un ensemble de jupe à la Camaro, comme l’aurait grossièrement fait le préparateur du coin. La devanture a été soigneusement revue avec de gigantesques prises d’air sous le pare-choc. Le capot fabriqué en aluminium est agrémenté d’une partie en fibre de carbone pour en réduire substantiellement le poids. La forme des ailes a été étudiée et sculptée pour maximiser le passage de l’air vers l’arrière. Ces efforts ont été déployés pour atteindre deux objectifs : réduire la force de « drag » et augmenter l’autre force, celle qui aide à garder la voiture bien au sol. Enfin, on distingue la Camaro ZL1 par ses énormes roues de 20 pouces. Notons que les pneus arrière mesurent 305 millimètres en largeur !

Malheureusement, l’habitacle a subi peu de transformations par rapport à la livrée SS. Si vous choisissez l’option spécifique, votre planche de bord sera garnie d’un généreux morceau de cuir alcantara. Le volant, dont l’ergonomie est bien pensée, hérite également d’un recouvrement de tissu brossé. Les sièges, quant à eux, sont recouverts de cuir, mais ils manquent de tonus pour soutenir l’anatomie, un défaut que l’on constate cruellement lors d’un virage en piste. Pour le reste, l’affichage et les cadrans demeurent pratiquement inchangés. Dommage !

Une œuvre réussie

Les spécialistes qui ont travaillé durant plusieurs années sur ce projet ont profité d’un avantage indéniable : l’entrepôt de pièces de Chevrolet regorge de trésors ! Ils n’avaient qu’à se servir, pas vrai ? Avouons que l’exercice s’avère un tantinet plus compliqué. En revanche, comme la Corvette ZR-1 n’est pas bien loin dans le temps et dans l’espace, il suffit de profiter de cette expertise pour créer une chose pratiquement aussi vénérable. Du reste, la pièce maîtresse de la Chevrolet Camaro ZL1 est sans contredit son moteur. Ce fameux V8 LSA (une version moins brutale du LS9) est une merveille. Il s’agit d’un bloc en aluminium de 6,2 litres à compresseur volumétrique produisant une puissance mesurée de 580 chevaux. Le couple faramineux généreux par ce moteur est transmis aux roues arrière grâce à une boîte mécanique Tremec TR6060 à six rapports capable d’endurer une très forte poussée.

Pour soutenir une telle puissance, deux éléments importants des composants mécaniques devaient subir des changements notables : les freins et la suspension. Le nom Brembo est aux freins de performance ce que Recaro est aux sièges de course ! Personne ne doute de la qualité de ce produit et les ingénieurs de Chevrolet ont décidé de faire confiance à cette pièce d’équipement pour assurer un freinage puissant. Ils avaient raison, puisque la Camaro ZL1 peut compter d’énormes étriers à six pistons à l’avant qui mordent un rotor fabriqué en deux pièces légères. La réduction du poids à cet endroit résulte en un freinage plus puissant. La suspension est contrôlée électroniquement et permet de s’adapter aux capacités et ambitions du conducteur. Le mode sport + est indiqué pour une séance en piste, bien entendu. En ce qui concerne les intrusions électroniques visant à éviter la pire des catastrophes, sachez que six modes s’occupent de contrôler la motricité et le transfert de couple, de un à six, allant du plus au moins intrusif. Ce dernier vous laisse seul avec vous-même, maître de votre destinée.

Utiliser avec délicatesse

Curieusement, la Chevrolet Camaro ZL1 offre une prestation sur route qui procure un confort relativement satisfaisant. De fait, elle s’avère plus moelleuse (c’est très relatif !) qu’une Camaro SS. La suspension semble moins sèche et les sièges rendent l’expérience plus reposante. Soyez bien averti : en aucun temps vous ne pourrez enfoncer l’accélérateur au tapis, pas même sur une chaussée parfaite. Ce bolide possède une puissance brute qui vous fera voir le paysage de tous les angles si vous osez manquer de délicatesse. Cela ne signifie pas pour autant que la Camaro ZL1 se montre grossière quand vient le temps de négocier un virage. Bien au contraire, les ingénieurs de General Motors sont parvenus à trouver un équilibre très satisfaisant : le nez se positionne à merveille et la voiture s’accroche en sortie de virage. Il est entendu que cette Camaro est lourde, mais son comportement ne laisse guère paraître un embonpoint la rendant pataude lors de combats antigravitationnels. 

La naissance (ou renaissance) de la Chevrolet Camaro ZL1 signifie le meilleur rapport puissance/prix sur le marché. Pour environ 60 000$, vous pouvez bénéficier d’un bolide aux capacités hors du commun. En revanche, la ZL1 n’est pas qu’une machine à brûler du caoutchouc et à faire fondre l’asphalte. Vous avez là une machine redoutable, disposée à vous faire vivre de vraies sensations qui se rapprochent de celles que le pilote d’automobiles vit à bord d’une voiture de course. Insérez-y un cage de protection et dégarnissez-là de son luxe : vous obtenez une compétitrice de très haut niveau. Si vous considérez l’achat d’une Camaro ZL1, assurez-vous que vous pouvez disposer d’une piste à proximité durant la belle saison. Ce terrain de jeu est son favori, et il deviendra le vôtre aussi !

Forces

Moteur ahurissant

Équilibre

Performances de très haut niveau

Compétences sur piste

Freins puissants

Faiblesses

Régime moteur court

Sièges peu enveloppants

Intérieur à revoir

Moteur :     V8 6,2 l suralimenté           

Puissance :     580 ch @ 6400 tr/min
   

Couple:     557 lb-pi @ 4600 tr/min
   

Trans :     Man 6, Auto 6                


0-100 km/h : 3,9 s.

Vitesse maximale : 300 km/h


Consommation moyenne : 15,1 L/100 km (sur route)

Dimensions


Empattement : 2852 mm


Longueur : 4836 mm


Largeur : 1918mm


Hauteur : 1376 mm


Poids : inconnu

Diamètre de braquage : 11 m


Coffre : 320 l.

Réservoir de carburant : 71,9 l. 


Pneus :: P285/40ZR20 (avant), P305/35ZR20 (arrière)

     

Concurrentes

Ford Mustang Shelby GT500, Dodge Challenger SRT8, BMW M3, Lexus IS F, Mercedes-Benz C63 AMG

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires