Les sénateurs veulent passer à la télévision

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il faudra rester reveillé tout le temps

Les sénateurs veulent diffuser leurs débats à la télévision espérant que cela leur aiderait à  regagner un peu du respect que l’auguste salon rouge a perdu à cause des scandales qui l’ont affligé depuis un an.

Les comptables ont calculé que la télévision au sénat pourrait coûter au moins 700 000 $ simplement  pour amener les caméras de télévision dans l’enceinte du sénat.

Pour assurer un auditoire assidu, il faudrait que les sénateurs restent réveiller à tous temps durant la diffusion des séances.

La chaîne canadienne des affaires publiques est prête à dépenser une somme additionnelle de  600,000  $ pour créer un portail spécial du Sénat sur ​​le site Web de CPAC.

La Chambre des  communes  siège en moyenne environ 137 jours par année, tandis que le sénat ne siège qu’environ 89 jours par année.

Les fonctionnaires au fédéral travaillent en moyenne 220 jours par année, mais il n’est pas question de diffuser les travaux de la bureaucratie fédérale.

Le sénateur conservateur Stephen Greene dirige un groupe de travail de quatre sénateurs qui examinent les options.

Si tout va bien, les sénateurs s’attendent d'avoir des caméras dans le salon rouge d’ici la fin de 2015.

Le Sénat a commencé un programme d’audio continuel pendant les semaines de débat qui q entourée la suspension de trois sénateurs : Mike Duffy, Pamela Wallin et Patrick Brazeau.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires