Québec: La meilleure ville pour une femme

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La meilleure des 20 plus grandes villes

 

 

Si vous êtes une femme. . . Québec est la meilleure ville pour vous.

Laissez faire Calgary, et surtout Edmonton. 

Montréal est acceptable, Ottawa assez bien et Sherbrooke pas trop pire.

La grande maison de recherche, le Centre canadien des politiques alternatives, (The Canadian Centre for Policy Alternatives) a complété  une étude exhaustive entre la situation des hommes et des femmes dans les 20 plus grandes villes canadiennes.

Conclusion : Québec est  la meilleure pour une femme.

Le centre a utilisé les données de Statistique Canada pour comparer  les villes selon  la sécurité, le revenu, le leadership politique,  et la santé des femmes dans les 20 villes.

Le rapport a été préparé par la recherchiste  Kate McInturff  et son travail a été publicisé cette semaine dans le quotidien torontois, le Globe and Mail.

On dit souvent que les hommes ne sont pas tous égaux; on peut dire que comme les hommes, toutes les villes ne sont pas égales.

C’est à Ottawa que les femmes gagnent  les plus hauts salaires.  Remerciez  les syndicats de la fonction publique pour ça.

 

Mais c’est à Vancouver que les femmes  vivent le plus longtemps. Remerciez le climat pour ça.

Les femmes  sont  moins susceptibles d'être pauvres à Calgary. C’est là qu’elles font la grosse argent.  Remerciez  le pétrole pour ça.

En somme, la recherche  suggère toutes choses confondues, c’est  le Québec qui est  la province  la plus favorable aux femmes.

Québec est numéro 1,  Montréal se classe  4e, et Sherbrooke 8e  mais

en dépit de toute son argent, Calgary finit 17e  et Edmonton est  20e, dernier des 20 grands centres canadiens.

Voici certaines des conclusions  dans chaque secteur:

Travail et rémunération : À Québec, il y a beaucoup moins d’écart dans le  revenu entre les hommes et les femmes. En plus  les femmes ont presque le même  accès au travail à temps plein qu’on les hommes.

C’est comme cela aussi à Ottawa-Gatineau, une autre ville de fonctionnaires.  

Les femmes à Vancouver ne sont pas si chanceuses. Elles  gagnent, en moyenne, 30 pour cent de moins que les hommes. Mais comme dit le rapport, elles vivent plus longtemps.

Edmonton est la pire des vingt villes étudiées. Les femmes à Edmonton, une ville pétrolière et industrielle, gagnent seulement 60 pour cent du salaire moyen des hommes.  Le domaine des ressources énergétiques et de la construction sont dominés par les hommes.

Calgary enregistre un des plus grands écarts salarial entre hommes et femmes  au pays. Les femmes  à Calgary gagnent en moyenne, 17 000 $ de moins par année que les hommes.

Un facteur qui permet aux femmes  à Québec d’atteindre l'équité salariale avec les hommes est dû aux programmes abordables de garde d'enfants aussi bien qu’aux généreux congés parentaux.

Au Canada, surtout dans les municipalités, ce sont les hommes qui détiennent le pouvoir politique.

Seulement deux villes, Waterloo, Ontario et Victoria en C.B. ont plus de femmes que d’hommes au conseil municipal.  

En moyenne au Canada, il y a trois hommes pour chaque femme élus aux conseils municipaux.  Ce n'est pas sensiblement mieux au provincial qu’au fédéral pour les députés.

À Calgary, il n’y a deux des 15 conseillers qui sont des femmes.  Ça pourrait être pire.  À Saint-Jean, Terre-Neuve,  il y a zéro femme au  conseil municipal.

Qui sont les « boss » dans les bureaux dans l’entreprise privée?

La plupart des villes sont plutôt pareils. Les hommes mènent.

À Hamilton, par exemple, 79 pour cent des postes de direction dans les compagnies sont occupés par des hommes.

 

À Sherbrooke, les hommes occupent  82 pour cent des postes de direction.

Le Stress  est un facteur important pour juger la qualité de la vie.

Partout au pays, les femmes ont un niveau de stress plus élevé que les hommes.   C’est pire à Kitchener -Cambridge- Waterloo en Ontario.

À Oshawa, ville de l’automobile, les femmes  ont un taux de stress deux fois celui des hommes.

Québec est la seule ville où les hommes ont un niveau plus élevés de stress que les femmes.

La pauvreté : Dans la plupart des villes, les femmes sont  plus souvent dans la pauvreté que les hommes.

Mais il y a quelques exceptions. À Toronto, les taux de pauvreté sont plus ou moins égaux. À Hamilton, ville industrielle il y a plus d’hommes qui vivent dans la pauvreté.

La violence.  La ville de Québec a le plus bas taux de violence sexuelle et domestique ce des 20 villes.

Par comparaison, Regina a le taux le plus élevé de la violence domestique alors que Edmonton a les taux d'agressions sexuelles les plus élevés.

On doit noter que les données de Statisque Canada ne prennent pas note de la race ou l'éducation ou l'état matrimonial des femmes.

 

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Francine Cartier
    30 avril 2014 - 07:39

    J'ai trouvé plusieurs erreurs dans le texte ci-haut. Avez-vous besoin d'un réviseur ? Si oui, veuillez m'en informer.