Stephen Harper s'en prend à Sheila Fraser

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Elle ose critiquer Harper publiquement

Harper pensait l\'avoir de son bord...

 

 

La grande vedette du scandale des commandites de 2005, Sheila Fraser, est devenue la bête noire du Premier ministre Stephen Harper.

C’est elle qui avait exposé la corruption de l’ancien gouvernement libéral, ouvrant les portes grandes à Stephen Harper pour rentrer au pouvoir aux élections qui ont suivies.  

Dans un discours de il y a dix ans Harper a référé  à Fraser comme " la mère de tous comptables " et ses éloges au ciel.  

Fraser a passé à la loupe le projet de loi électorale de Harper, C-23,  et elle s’est prononcer très clairement.

« C’est une attaque sur notre démocratie, «  a déclaré Fraser.  Retirez ce projet de loi et recommencer à  zéro.

La loi C-23 de Harper enlèverait le vote à presqu’un demi-million de Canadiens, surtout des autochtones et des étudiants pensionnaires loin de leur résidences  permanentes, réduirait l’indépendance du président d’élections, rendrait ses enquêtes sur la corruption électorale plus difficiles, et donnerait  un avantage marqué aux riches pour contribuer aux parti politique de leur choix.

Ça aiderait aux conservateurs qui ne comptent pas beaucoup sur le vote des jeunes et des autochtones et comptent beaucoup sur les riches et les vieux.  

Les conservateurs espèrent gagner les prochaines bien que les libéraux de Justin Trudeau sont 10 points en avant d’eux dans les sondages, exactement l’avantage que les conservateurs avaient sur les libéraux aux dernières élections.

Fraser ne lâche pas, pas plus que dans le temps des libéraux.  Elle  exhorte les Canadiens à prendre la parole ouvertement contre le projet de loi fautif de Harper.

" Les élections sont la base de notre démocratie et si nous n'avons pas vraiment un processus électoral juste et qui peut être bien géré par un organisme véritablement indépendant, c'est vraiment une attaque contre notre démocratie et nous devrions tous être préoccupés à ce sujet, " Fraser a déclaré lors d'une interview.

Le ministre de la réforme démocratique Pierre Poilievre insiste que son  projet de loi est " formidable "  dans sa présente forme.

C’est plus difficile pour Harper à ignorer la critique acerbe de Fraser.

Harper a raison de détester Élections Canada et son chef, Marc Mayrand.

L’organisme indépendant pincé le Parti conservateur dans une affaire de fausses dépenses électorales en 2006, qui a coûté une amende de 50 000 $ au parti,  exposé les  dépenses excessives et illégales de l'ancien ministre Peter Penashue, a accusé le secrétaire parlementaire de Harper, Dean Del Mastro pour une fausse déclaration de campagne, et pour avoir  omis de déclarer d’autres dépenses de campagne.

Le plus important demeure les plaintes concernant les faux appels automatisés d’un « Pierre Poutine » de « Separatist Street » à Joliette l à des bureaux de scrutin non-existants à l'élection de 2011.

Fraser est particulièrement troublé par ce que le projet de loi imposerait à l'indépendance du directeur général des élections.

Il lui serait lui interdit de communiquer avec les Canadiens sur quoi que ce soit, et interdit au commissaire aux élections de parler au publique des enquêtes.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires