Mulroney veut-il remplacer Harper?

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Songe-t-il à un retour en politique?

Il a encore soif...

 

 

 

Il aime dire quoi faire à Stephen Harper.

Mulroney a prononcé un discours important cette semaine à Ottawa devant une organisation politique importante, le Canada2020. Il y avait environ 380 personnes là pour l’écouter.

Les journalistes présents ont compté 12 ministres du gouvernement Harper est plus d’une douzaine de députés conservateurs.

On se rappelle que peu de temps après le rapport de la Commission Oliphant sur les affaires des enveloppes brunes de Mulroney, le Premier ministre Harper avait dit publiquement à ses ministres et ses députés ne plus avoir rien à faire avec Mulroney.

C’était en faire un paria de Mulroney.

Et voilà que ses ministres cette semaine sortent en grand nombre pour entendre Mulroney faire la leçon à leur chef  Harper.

Mulroney a rappelé à l’assemblée que le Canada est d’une immense richesse  naturelle, particulièrement en gaz et pétrole et doit vendre cette richesse surtout au pays asiatiques et aux États-Unis.  Il nous faut plus de collaboration avec les autres pays, a-t-il dit, comme si Harper n’en faisait pas déjà assez.

Mulroney avait des conseils bien précis pour Harper. Il nous faut plus de pipelines,  surtout ceux qui mènent chez les Américains.  L’énergie est aussi importante aujourd’hui que le libre-échange l’était lorsqu’il était premier ministre, Mulroney a dit.

Deuxième conseil : On doit protéger l’environnement  « Le Canada doit faire plus, » a-t-il dit, comme si Harper n’en faisait pas assez, ou du moins, croit que’il en fait assez.

Mulroney a dit que’il nous faut « un plan réaliste » pour combattre les émissions de carbone. Comme Harper n’en avait pas déjà un. Mulroney ajoute que le Canada « peut en faire plus, et doit en faire plus. »

Il nous faut « un plan cohérent  » pour assurer qu’il ne nous manque pas de travailleurs compétents dans le secteur énergétique.  Harper lui répondrait que ce n’est pas la « cohérence » qui manque à son gouvernement.

Mulroney a dit que’il n’aura pas d’explosion dans le secteur énergétique si le gouvernement canadien ne recrute pas la participation et la coopération passionnée des Premières Nations.

Mulroney dit que le Canada devrait travailler de plus près avec les États-Unis sur un Accord nord-américain sur les émissions de carbone.

En réalité c’est bien ce que Harper fait sauf lorsqu’il critique Barack Obama en pleine face ou s’en prend aux environnementalistes américains.

Mulroney compare ce que le Canada d’aujourd’hui devrait faire pour l’environnement à ce qu’il a fait dans les années 80 pour éliminer le problème des pluies acides.

Harper n’était pas là au discours.  On se demande ce qu’il a dit lorsqu’on lui a rapporté les paroles de Mulroney à son égard.

Possiblement  Harper devrait surveiller son dos.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires