Une loi qui ne sert à rien

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un pas électoral vers l'arrière

Une autre chose qui ne sert à rien

 

 

Pierre Poilievre, le ministre conservateur responsable de la réforme démocratique a présenté cette semaine la législation pour une nouvelle loi électorale.

Malheureusement elle réduirait grandement les pouvoirs d’Élections Canada à sévir contre les magouilles électorales qu’on a connues dernièrement.

Le ministre responsable de présenter la législation pour une nouvelle loi électorale, n’a jamais consulté ni les partis d’opposition ni le Directeur général des élections, Marc Mayrand avant de présenter son œuvre qui réduit grandement les pouvoirs de sévir contre les magouilles électorales. 

Le gouvernement conservateur a ignoré presque totalement toutes les recommandations faites par Mayrand depuis des années.

Poilievre, pour des raisons toujours inconnues, a pris la peine d’insulter publiquement l’enquêteur-en-chef, le Directeur-général d’Élections Canada Marc Mayrand en disant que l’arbitre ne doit pas faire partie d’une des équipes.

Que voulait-il dire? Accusait-il Mayrand de faire partie des libéraux, du NPD ou du Bloc Québécois? Pourquoi cette injure lancée sans aucune preuve?

Est-ce de la simple petite vengeance mesquine?

Poilievre n’a pas inclus pour renforcer sa loi que les personnes coincées dans des magouilles électorales soient obligé de témoigner en cour comme d’autres accusés.

Et pourquoi ne pas obliger les partis politiques à ouvrir leurs livres à Élections Canada pour fins d’enquêtes.

Les passe-droits sont nombreux dans la législation. Même les compagnies qui ont fait tellement d’appels automatisés (« robocalls ») aux dernières élections ne répondront plus a Élections Canada mais plutôt au CRTC – comme si elles étaient des postes de radio.

La loi réduirait les pouvoirs d’Élections Canada à l’essentiel. L’agence n’aurait plus le droit d’encourager les électeurs à voter, seulement de leur dire où ils peuvent voter, quelles sont les heures d’ouverture des bureaux de scrutin, et de ne pas oublier leur preuve d’identité.

Et pour faire sûre que la législation soit adoptée sans débat, le gouvernement conservateur a annoncé hier qu’il imposera le bâillon sur la législation à la Chambre des communes.

Bienvenue au Canada de Stephen Harper!

 

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires