Ça tourne mal pour Harper en Israël

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Harper et Netanyahu en ont mis trop

Le Premier ministre Stephen Harper est allé en Israël cette semaine, pour la première fois dans huit ans.

Harper est allé abord son jet privé, le Airbus 310 qu’il a eu de Jean Chrétien, avant de dépenser 10 millions $ pour le repeindre aux couleurs du Parti conservateur.

Harper a invité toute son « équipe » du parlement et des dizaines d’amis, parmi eux les plus importants hommes d’affaires juifs au Canada, en plus de six ministres de son cabinet et neuf députés conservateurs dont la plupart compteront sur le vote juif dans leur circonscription pour se faire élire.

En plus Harper avait amené avec lui un troupeau de journalistes, tous bien choisi, on nous dit, et 21 rabbins juifs.  C’était comme s’il n’y avait pas assez en Israël.

Harper a payé les factures, avec l’argent des Canadiens. On parle de millions de dollars. On saura le montant exact l’année prochaine. Sûrement après les élections.

La visite a bien commencé. En arrivant, Harper a lancé des fleurs à Israël. Pas une seule critique, pas un seul mot sur les constructions controversées des logements juifs dans les terres occupées des Palestiniens en Cisjordanie. Harper passait son temps à vanter Netanyahu au ciel.

Après les éloges d’Israël au Knesset de Harper, il y a deux jours, le journal Ma’ariv a déclaré que c’était « un des discours d’appui les plus amicales qu’Israël n’avait jamais entendu d’un leader étranger.»

Le leader israélien était au comble de ses joies. Lors d’un diner privé Il a même arraché un microphone des mains de Harper et a déclaré Harper un « rock star canadien. »

Harper a répliqué en chantant le grand succès des Beatles:  « With a little help from my friends. » C’était “too much!”

Les médias israéliens ont commencé à se moquer de Harper et Netanyahu.  

Des caricatures les montraient en train de danser ensemble d’une façon intime.  Ce qui avait commencé par l’amitié sincère il y a deux jours est passé au ridicule.

Un journal a qualifié Harper de « porte-parole pour le ministère des relations étrangères » d’Israël  et de visiteur « qui a sa tête dans le sable » et « qui n’a rien vu de ce qu’il se passe » réellement en Israël.

Israël est une démocratie.  Tout le monde ne pense pas pareil. Netanyahu n’est pas plus populaire dans son pays que Harper l’est dans le sien.

Barak Ravid, le correspondent diplomatique du grand quotidien Ha’aretz, a écrit que Harper «  a laissé l’impression qu’il est beaucoup plus un ami de Benjamin Netanyahu qu’il  est un ami d’Israël. »

Il continua : Harper a manifesté « un appui aveugle » pour les politiques de  Netanyahu qui est trop facilement retombé sur ses sentiments de victime et d’isolation.

Harper aurait fait reculer le processus de paix au Moyen-Orient de plusieurs mois, conclu Ravi.

Ce ne sont pas les découpures de journaux que Harper voudra ramener au Canada pour montrer à tout le monde.

Dès fois en politique c’est possible de vouloir trop plaire.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Michel Ouaknine
    24 janvier 2014 - 05:15

    "et 21 rabbins juifs" Les rabbins sont toujours juifs. C'est si vous ecrivez "le pape chretien"...

  • Michel Ouaknine
    24 janvier 2014 - 05:03

    Bon , on a compris. Vous n'aimez pas Stephen Harper.