Pas deux mais trois chèques

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

 

 

Le rapport de 80 pages de la GRC basé sur 2 600 courriels provenant du bureau du Premier ministre en dit long sur le scandale du camouflage dans le bureau de Stephen Harper mais n’en dit pas beaucoup sur les petits détails du scandale.

Jusqu’à présent on connait l’existence de trois chèques.

Le plus important est de 90 172 $  que Nigel Wright  écrit au sénateur Mike Duffy, pour payer ses dettes au sénat.  Ce geste a coûté à Nigel Wright son poste de chef de cabinet pour Stephen Harper.

Il y a un deuxième chèque pour le même montant de  Duffy au gouvernement fédéral (le Receveur-Général) pour rembourser les dettes de Duffy au sénat.

Et il y a un troisième chèque pour un montant beaucoup plus petit.

Ce troisième chèque pour la somme de 13 650 $ est tiré sur le compte de banque de la firme d’avocats Blake Cassels de Toronto dont un des partenaires est Arthur Hamilton, le célèbre avocat du Parti conservateur.

Il est écrit en faveur de la firme d’avocats d’Ottawa,  Nelligan, O’Brien & Payne.

Janice Payne a agi comme avocate pour son client Mike Duffy à un certain moment après que le scandale du camouflage dans le bureau du premier ministre est devenu publique.

Mais il y a des petits problèmes. Pourquoi est que le Parti conservateur paye les frais d’avocat de Mike Duffy? Est-ce que cela faisait partie de l’entente entre Duffy et le bureau du premier ministre?

À un moment après que le scandale du camouflage est sorti au publique, Duffy aurait dit à une bande de journalistes qui le poursuivait qu’il était question « d’au moins deux chèques. »

Donc il faisait allusion à ce troisième chèque pour payer son avocate Janice Payne. Ou est-ce que Duffy parlait d’un autre chèque?

Est-ce que Duffy a autres choses à nous révéler?

 

 

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires