Les jeux de coulisses du bureau de Harper

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le scandale qui a avalé trois sénateurs conservateurs et une partie du bureau du Premier ministre Stephen Harper a pris une tournure totalement inattendu hier.

Harper pourrait avoir décidé de céder hier aux trois sénateurs, Pamela Wallin, Mike Duffy et Patrick Brazeau qu’il  accuse d’avoir agi d’une façon répréhensible et malhonnête en matière de leurs comptes de dépenses et leurs frais de logement.

La surprise est venu de la bouche du Sénateur Claude Carignan, le nouveau leader du gouvernement et représentant de Harper au sénat, lors du programme de télévision Les Coulisses du pourvoir à Radio-Canada ou Carignan était l’invité.

Nous avons eu les premières indications vendredi que Harper songeait à céder plutôt que d’aller de l’avant cette semaine et de forcer un vote au sénat sur ses motions d’expulsions sans salaires pour deux ans aux trois sénateurs.

Pendant que le sénat discutait si s’était vrai que le gouvernement conservateur avait tenté de conclure un marché de coulisses avec les trois sénateurs pour mettre fin au scandale, le sénateur Carignan était précisément à ce même moment en coulisses avec Brazeau – exactement ce que les conservateurs disaient au sénat qu’ils ne faisaient pas.

C’est Brazeau qui a vendu la mèche. Quelques moments plus tard, en grande colère, il a dit publiquement que le Sénateur Carignan l’avait approché en coulisses pour lui parler.

« On m’a essentiellement offert une entente de coulisse, » a dit Brazeau.

Brazeau a dit que Carignan voulait qu’il s’excuse publiquement pour des  réclamations illégales de logement secondaire qu’il avait fait et qu’en retour le gouvernement conservateur pourrait changer les sanctions qui seraient portées contre lui.

Brazeau insiste qu’il n’est pas question pour lui de s’excuser de quoi que ce soit parce qu’il n’a fait rien d’illégal.

Carignan a admis plus tard que les deux s’étaient rencontre en coulisses mais qu’il n’avait proposé aucune entente à Brazeau. Il lui avait simplement dit qu’il pourrait « aider sa cause » s’il proposait un amendement. C’était une discussion d’amitié, a dit Carignan.

Pourquoi est-ce que le leader du gouvernement au sénat essayait en coulisses de conclure une entente de coulisses avec Brazeau pendant qu’à quelques pieds des deux hommes, le gouvernement conservateur au sénat était précisément en train de se défendre de tenter de conclure des ententes en coulisses.

Maintenant on s’attend que le gouvernement conservateur, qui se réunira  en caucus lundi matin, propose officiellement une entente pour laisser tomber les sanctions pour lesquelles Harper et les siens se sont battus toute la semaine.

Une des possibilités qui motiverait un changement de position  du gouvernement Harper serait la peur de perdre le vote contre les trois sénateurs qui est censé avoir lieu mardi après-midi.

La GRC enquête sur les demandes de remboursement de Duffy, Wallin et Brazeau, mais aucun des trois n'a été inculpé.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires