Une autre sénatrice se fait pincer

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ça va mal pour la sénatrice Stewart Olsen

Une autre...

Carolyn Stewart Olsen, une sénatrice qui avait la confiance et la loyauté du Premier ministre Stephen Harper s’est fait pincé cette semaine dans une affaire de dépenses injustifiées au sénat.

Pire que ça. Elle faisait partie d’un comité sénatorial de trois sénateurs  chargé de faire enquête sur les comptes de dépenses et les primes de logement et de nourriture des sénateurs.

C’était le comité de la Régie interne du sénat qui avait enquêté sur les conservateurs Patrick Brazeau, Mike Duffy et Pamela Wallin, et sur le libéral Mac Harb.

Le comité semblait faire du bon travail sauf que son rapport sur le sénateur Mike Duffy était perçu comme étant un peu « doux » envers Duffy.

Mais l’accusation a été vite oubliée quand Duffy a mis la main sur un beau cadeau de 90 000 $ du bureau du premier ministre, un don de Nigel Wright, chef de cabinet de Harper, à qui Harper a vite montré la porte.

Le premier ministre n’a pas défendu Stewart Olsen cette semaine, contrairement à sa défense passionné pour Pamela Wallin le mois dernier jusqu’au moment où les preuves contre Wallin sont venues  indéfendables.

Au sénat il y a des records de dépenses qui révèlent que Stewart Olsen, durant les 19 premiers mois qu’elle était sénatrice aurait réclamé 63 594 $ en allocations de voyage et de logement à Ottawa.

Elle aurait également réclamé des per diems pour certains jours ou le sénat ne siégeait pas, et elle n’était pas au travail.

Hier elle a dit qu’elle n’aurait pas dû faire ces réclamations, et qu’elle a l’intention de rembourser l’argent au sénat.

Elle avait prétendu que sa résidence principale était au Nouveau-Brunswick, en dépit du fait qu’elle possédait un permis de conduire de l’Ontario et une carte de santé de l’Ontario et qu’elle habitait un condo à Ottawa qu’elle a vendu dernièrement pour 465 000 $ au mois de mai.

Nous ne savons toujours pas si Harper lui demandera de quitter le caucus conservateur pendant que l’enquête sur elle continue. 

Au moins elle n’aurait pas le loisir de faire enquête sur elle-même. Le même comité du sénat sur lequel Stewart Olsen siégeait pour enquêter  sur les sénateurs Pamela Wallin, Patrick Brazeau et Mike Duffy sera en charge de l’enquête sur les dépenses de la sénatrice Stewart Olsen.

 

C’est toujours triste quand un parlementaire qui a la confiance d’un premier ministre se trouve dans un tel pétrin, mais c’est possiblement une leçon pour Harper qu’il devrait songer un peu plus à ses nominations au sénat.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires