Harper se préparait pour la guerre en Syrie

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le Canada et 10 pays faisaient leurs plans

On se préparait pour aller en guerre en Syrie dès la semaine prochaine.

Il y avait 10 pays y inclus les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Turquie, l'Italie, l'Arabie saoudite, le Qatar, la Jordanie et le Canada qui parlait de guerre contre le régime de Bachar al-Assad.

Le Chef de l'État-major des forces militaires canadiennes, le Général Tom Lawson, s'était déjà rendu à Amman en Jordanie pour planifier l'attague contre Damas.

Le Président américain Barack Obama avait déjà dit que le régime syrien avait commis des atrocités contre son peuple avec le gaz chimique et que les États-unis avaient un devoir moral de venger les victimes.

Tout semblait indiquer une guerre pleine force la semaine prochaine.

 

Au Canada le premier ministre Harper avait traité d'atrocité qui devait être punie sévèrement.

 

Mais dès jeudi Harper commenaçait a reculer, et son ministre des affaires étrangères  semblait reculer poliment, avec des suggestions que le Canada pourrait laisser ses alliés se battre ç saq place.

Ce n'ne serait pas  le Canada qui serait en guerre directement, mais plutôt ses  alliés qui irait à sa place.

 

DEt soudainement jeudi il y a eu un votge au parlement britannique et les politiciens ont voté majoritairement contre une intevention militaire et le premier ministre David Cameron a perdu 285 à 272.

 

Cameron comme Harsper au Canada étaitent toujours en faveur d'une "réponse ferme" contre ce que Al-Assad avait fait, mais pas au point d'aller en guerre.

 

Cela a laissé le Président Barack Obama seul à décider s'il était prêt lui seul a  défendre les "intérêts fondamentaux" contre le régime syrien.

 

Et tout d'un coup, au Canada. on ne parlait plus de guerre la semaine prochaine .

Sur le plan politique une guerre contre la Syrie aurait été idéal pour Harper.

 

La guerre aurait pu nous faire oublier le scandale des sénateurs conservateurs bien avant les prochaines élections dans deux ans.

Bachar al-Assad a tué plus de 355 de ses citoyens en utilisant du gaz chimique. C'était autant pour envoyer un message à son propre pays qu'un avertissement au Canada s'il oseraient l'attaquer.

Mais quand il a peu de pays qu'il veulent te punir avec un force militaire pour un tel crime, tu peux t'en tirer. Même un dictateur sait ça.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires