Harper dit pas d'enquête sur les meurtres des autochtones

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Sera-t-il obligé de changer d'avis

Le Premier ministre Stephen Harper a dit « NON » à une enquête publique sur la disparition et les meurtres de femmes autochtones.

Il y a selon la police, environ 580 femmes autochtones qui ont disparues ou ont été victimes de meurtres dans les derniers 10 ans.

Ça fait des années que les associations d'autochtones et les regroupements féminins aussi bien que les associations des droits de la personne demandent au gouvernement fédéral d'instituer une enquête publique pour aller au fond de la tragédie.

En janvier dernier, le premier ministre Harper, lors des crises autochtones à travers le Canada, avait promis de s'occuper du problème, sans préciser ce qu'il avait en tête.

Les autochtones on fait l'erreur de le prendre à sa parole sans l'obliger à aller dans les détails.

Maintenant à leur grande déception ils apprennent d'une porte-parole du nouveau ministre de la justice, Peter MacKay, que le gouvernement conservateur croit qu'il a déjà pris des mesures concrètes en adoptant des lois qui donnent accès à la protection d'urgence aux femmes qui habitent en réserve.

Selon la porte-parole il y aura également un centre fédéral pour personnes disparues. Un « centre » OUI, mais une enquête nationale « NON. »

Les premiers ministres des provinces qui étaient réunis à Niagara-sur-le-lac en Ontario la semaine dernière ont dit « OUI » très clairement à une enquête nationale sur les meurtres et les disparues

Le refus de Harper a provoqué un grand mécontentement chez les premiers ministres des provinces. Le problème me ne sera pas vite réglé.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires