Mulcair plante Harper avec une question bête

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

On appelle cela la carte qui tue

Dans les dents!

Ça fait une semaine que Stephen Harper est pris pardessus la tête dans le scandale dans son bureau qui implique son ancien chef de cabinet Nigel Wright et le sénateur Mike Duffy qui est sous enquête par la GRC.

Le Premier ministre refuse de dire publiquement qui dans son bureau détient le courriel dans lequel le sénateur Duffy explique qu'il a dû garder le silence sur un chèque de 90 000 $ de Wright.

Plutôt que de fournir des réponses claires et détaillés, Harper a choisi de passer à l'attaque contre les parlementaires de l'Opposition hier. Il cherche à les impliquer dans les enquêtes de la Commission Charbonneau. Ça n'a pas poigné jusqu'à présent.

Mercredi au parlement, c'était le chef de l'Opposition Thomas Mulcair qui a posé la meilleure question jusqu'à date sur le débat autour du scandale dans le bureau de Harper..

« Nigel Wright recevra-t-il une prime de séparation ? »

Sans répondre ni oui ni non, Harper a relancé que Wright ne recevra que « les paiements qui sont son droit, selon la loi, et seulement ça. »

Mulcair lui a livré la carte qui tue :

« Par pur hasard, serait-elle d'environ 90 000? »

Ce n'était pas une question que Harper voulait répondre. Ça sera pour l'enquête de la GRC.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires