Des leçons d'espagnol à nos frais

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ça nous coûte assez cher

Daniel Caron veut plus d'espagnol.

Caron est le directeur de la Bibliothèque et des archives du Canada. Il a facturé 4 482,50 $ aux contribuables jusqu'à date pour ses leçons d'espagnol.

C'était contre les règlements au gouvernement fédéral. Son grand patron, le ministre du patrimoine James Moore nous a dit qu'il lui parlerait dans le creux de l'oreille.

Mais ça semble pas avoir eu d'effet. Au contraire, Caron a laissé savoir par l'entremise de son adjoint qu'il a l'intention de dépenser un autre 10 000 $ pour plus de cours d'espagnol.

C'est comme s'il savait des choses sur Moore ou les conservateurs qu'on ne sait pas. Veulent-ils faire du Canada un pays espagnol?

Caron dit qu'il veut apprendre à parler espagnol parce qu'il assistera bientôt  à une conférence de bibliothécaires en Espagne et il veut être capable de parler l'espagnol.

Heureusement qu'il n'a pas de conférences prévues bientôt en Russie, en Allemagne, ou en Pologne parce que ça pourrait commencer à nous coûter plutôt cher.

Ce n'est pas comme si Caron crevait de faim et ne pouvait pas se payer des cours de langues de sa propre poche.

Il gagne 180 000 $ par année, possiblement même plus.

Caron est une nomination de Stephen Harper il y a 4 ans.

Harper connait les siens, et apprécie beaucoup le travail de Caron qui a mis une centaine de bibliothécaires à la porte en plus de réduire le nombre de prêts de livres aux petites bibliothèques du Canada depuis qu'il est en poste.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires