Michael Sona mis en accusation

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Première accusation 'Robocalls' d'Élections Canada

Fraude électorale

Une première accusation a été déposée hier contre l'organisateur conservateur Michael Sona dans l'affaire des fraudes électorales par téléphone automatique, à Guelph aux dernières élections.

Il est accusé d'avoir empêché des électeurs de voter en les envoyant par téléphone automatique à des bureaux de scrutin fictifs le jour des élections.

Sona dit que le Parti conservateur veut en faire son bouc émissaire dans cette affaire. Sona refuse de dire qui il croit le parti veut protéger.

Il refuse de dire pourquoi il accuse son parti sans fournir la moindre preuve, lui que le parti a récompensé après les élections avec un emploi dans le bureau de la députée conservatrice Eve Adams, ou a travaillé un certain Dimitri Soudas, anciennement du bureau du premier ministre Harper.

Sona, qui sera défendu par le grand criminaliste d'Ottawa, Norman Boxall, refuse de faire d'autres commentaires.

Il a nié également être le personnage mythique « Pierre Poutine » de « Separatist Street » à Joliette qui selon Élections Canada aurait acheté sous ce nom fictif un téléphone cellulaire pour perpétrer la fraude.

L'accusation a été portée contre Sona au palais de justice de Guelph mardi en vertu de l'article 491(3) d) de la Loi électorale du Canada.

Cet article interdit le fait d'empêcher ou tenter d'empêcher un électeur de participer à une élection. En cas de déclaration de culpabilité, les sanctions pourraient inclure une amende et une peine de prison.

Élections Canada a reçu plus de 1400 plaintes après d'appels « robotiques » frauduleux après les dernières élections d »électeurs dans 247 circonscriptions.

C'était la plus importante fraude électorale dans l'histoire canadienne.

Sona demande comment un jeune homme de 23 ans aurait pu diriger à lui seul tous ces appels à travers le Canada.

Dans une déclaration diffusée mardi, le Parti conservateur a cherché à prendre ses distances face à toute l'affaire.

«Le Parti conservateur du Canada a mené une campagne propre et éthique et ne tolère pas de telles activités » peut-on lire dans un communiqué de presse émis au nom du parti par Fred Delorey.

 

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires