La session a repris aussi laide que jamais

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il faut que ça change

Il y en a qui s'attendait que les vacances de Noël auraient adouci les moeurs à la Chambre des communes. Ça fait deux semaines maintenant qu'ils sont revenus au travail et rien n'a changé.

Le NPD a rappelé au Ministre de la défense Peter MacKay que c'était lui qui avait l'utilisé un hélicoptère de recherche et sauvetage du ministère de la défense pour aller à la pêche au Labrador. Le coût aux contribuables : 16 000 $.

Il avait ensuite pris un avion militaire pour se rendre à une séance de photo politique à Trenton en Ontario. Le coût additionnel aux contribuables : un autre 32 000 $. Ensuite il a repris l'avion (un autre 32 000 $) pour se rendre à un souper de homard partisan dans sa circonscription.

La ministre des Ressources humaines Diane Finley a été blâmée parce que son ministère a perdu des données informatisées sur 538 000 récipients de prêts étudiants. Elle a aussi été tenu responsable des coupes dans l'assurance-emploi des Gaspésiens et des travailleurs saisonniers du Nouveau-Brunswick.

Le ministre des Finances, Jim Flaherty, a été dépeint comme un tyran qui a attaqué le bon travail honnête du directeur du budget parlementaire Kevin Page que le gouvernement Harper pourrait replacer par une nouille.

Le ministre des Affaires autochtones John Duncan a été accusé de la fermeture d'un centre de création d'emplois pour Autochtones. Comme si les autochtones n'avaient pas déjà assez de chômeurs.

Le député NPD Charlie Angus a dit au député conservateur Pierre Poilievre qu'il avait un nez de clown.

À la grande surprise de tous, le député NPD Pat Martin n'avait rien à dire lors d'une conférence de presse. Est-ce parce qu'il est l'objet d'une poursuite de 5 millions $ en diffamation pour avoir dit le mois dernier que les conservateurs étaient tous « des putes à visages de rats ? »

Et le premier ministre Stepĥen Harper a nommé cinq autres militants conservateurs au Sénat, lui qui avait déjà dit il y a six ans qu'il voulait réformer le Sénat.

Le député NPD Alexandre Boulerice les a surnommé « les nouveaux chanceux » pour avoir remporté la version conservatrice de la loterie « Gagnant à vie! » du Sénat -- « 132 000 $ par année pour obéir aveuglément au premier ministre. » En effet, c'est plutôt 133 400 $ (les sénateurs sont indexés) plus un généreux compte de dépenses.

Et c'est comme ça que la session parlementaire a repris son cours habituel à la fin de janvier après ses longues vacances de Noël.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires