Moins de contrôle policier sur les armes à feu

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Sortez vos

Texas, Canada!

Les conservateurs ont réussi à détruire le registre des armes à feu partout au Canada sauf au Québec.

Maintenant ils préparent leur prochaine étape.

Ils envisagent des changements radicaux pour éliminer encore plus de contrôle policier sur les armes à feu.

Pendant ce temps-là à la lumière de l'anniversaire du massacre de Montréal il y a 23 ans, le Parti québécois annonce qu'il a l'intention de créer un nouveau registre des armes à feu juste pour le Québec.

Le registre provincial sera mis en œuvre dès que le Québec peut obtenir les données nécessaires à partir du Registre canadien des armes à feu.

Bonne chance, avant que Stephen Harper et ses acolytes détruisent complètement ce qui reste du registre au Québec.

Les conservateurs disent que cela n'a rien à voir avec l'anniversaire du massacre de la Polytechnique il y a 23 ans aujourd'hui. C'est une pure coïncidence.

Les changements proposés aboliraient un grand nombre des restrictions sur les armes à feu. Les critiques et la police disent que ça poserait un risque pour la sécurité publique.

Le ministre de la sécurité publique Vic Toews dit autrement.

Toews et ses hauts fonctionnaires ont rencontré au mois de mars son Comité consultatif de sportifs de la chasse et du tir, juste après que la loi abolissant le registre avait été adoptée au parlement.

On se propose de se débarrasser de la catégorie «interdit» de certaines armes de poing qui sont illégales depuis 1934. Ceux dans les films policiers.

On veut aussi de légaliser des armes d'assaut «à usage restreint » -- ceux qu'on appelle des fusils de guerre.

On veut également prolonger de cinq ans à 10 ans les permis de « propriétaire » d'armes à feu -- une décision que la GRC oppose. La police veut maintenir la durée de cinq ans.

Co-présidé par Steve Torino de la Canadian Shooting Sports Association, les 12 membres du Comité consultatif canadien des armes à feu ont toute une liste de demandes. Et ils ont le poids politique à l'intérieur du Parti conservateur pour faire agir Toews à leur gré.

Ils veulent également abolir les «autorisations de transport» pour transporter les armes à feu.

Il propose aussi création d'un comité chargé de conseiller Toews sur la classification des armes à feu importées (pensez États-Unis) pourvu que ce comité soit composé majoritairement de conseillers de l'industrie des armes à feu. (Pas un mot sur des femmes ni des policiers sur le comité.)

Ils veulent aussi que les armes à feu saisies par la police soient vendues au plus offrant plus tôt que détruites par la police. Quelle belle occasion pour les criminels de racheter leur « guns » préférés en utilisant un prête-nom.

Il ne semble pas avoir de fin ou ils peuvent aller avec ce qu'on croyait être simplement l'abolition d'un registre.

On n'aurait jamais cru que Stephen Harper et le « gun lobby » serait prêt à aller si loin.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires