Harper joue au guerrier de salon à nos frais

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pour fêter une guerre peu importante

Le guerrier de salon!

Le gouvernement Harper a dépensé à date 8 000 000 $ pour commémorer la guerre de 1812 entre l'Angleterre et les États-Unis.

C'est deux fois ce que la guerre elle-même a couté.

Mais pour Stephen Harper, grand guerrier de salon qu'il est, rien n'est trop cher lorsqu'il s'agit de fêter des vieilles guerres britanniques sur le futur sol canadien.

La guerre n'a duré que deux ans. Elle a eu lieu en Amérique du Nord dans les régions qui deviendront plus tard le Québec, l'Ontario et l'État de New York.

Harper veut à tout prix convaincre les Américains qu'ils ont perdu la guerre.

Les Américains, inspiré par Hollywood, se vantent qu'ils étaient vainqueurs.

En réalité, il n'y a pas eu de gagnant. Aucun territoire n'a changé de main.

Deux ans après avoir envahi le Canada, les Américains ont finalement été repoussés par l'armée britannique.

Pendant ce temps, les troupes anglaises ont réussi à bruler la Maison Blanche à Washington. Les Américains l'ont vite rebâtie et ne parlent rarement de l'incendie aujourd'hui.

Pour Harper la guerre est l'occasion parfaite de faire du théâtre.

Il a dépensé 1 450 000 dollars sur des pubs à la télévision canadienne CTV durant les Olympiques pour nous convaincre que nous étions gagnants.

La planification de la pub et les coûts de production ont coûté un autre 1,2 million $. Hollywood n'aura pas pu faire mieux.

Harper sait que s'il nous bombarde avec assez de ses pubs, et nous répète son message assez souvent, nous finiront par le croire.

C'est comme ça qu'on réussit à réécrire l'histoire, même faire croire à une nation entière que Thomas Mulcair veut imposer une taxe sur le carbone.

La Monnaie royale canadienne à Ottawa a dépensé 1,6 million $ sur les publicités à la télévision pour faire vendre ses pièces de 2 $ commémorant un navire de guerre britannique de 1812.

Les partis de l'Opposition comparent la frénésie de publicité coûteuse de Harper aux coupures dévastatrices dans l'assurance-emploi au Québec et dans les provinces atlantiques ou on dépend sur le travail saisonnier.

La Commission de la capitale nationale à Ottawa se prépare à sélectionner un sculpteur pour concevoir un monument de guerre de 1812 destinée à être érigé sur la Colline du Parlement.

Postes Canada a imprimé des millions de timbres commémoratifs pour l'anniversaire de la guerre, mais n'a pas divulgué les coûts qui, on nous dit, seront «toujours confidentielles."

Via Rail a dépensé 1,361 dollars pour des « étiquettes de col de bouteille » pour les bouteilles de vin vendues abord ses trains.

Le gouvernement Harper espère utiliser le 200e anniversaire de la guerre à des fins de propagande pour plaire à un noyau d'électeurs conservateurs qui sont à la fois monarchistes britanniques et militarisés.

On calcule que la facture totale pour toute cette publicité et de sera de 7.982.475 $.

Au moins on a eu beaucoup moins de morts qu'en Afghanistan.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires