Harper reconnaît son erreur

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il aura dû nommer un bilingue

Il n'y a rien de plus rare à Ottawa que Stephen Harper qui reconnaît qu'il a commis une erreur.

C'est en plein ce que Harper aurait fait à huis clos devant son caucus ce mois-ci.

Il leur a dit qu'il n'aurait jamais dû nommer un anglophone unilingue, Michael Ferguson du Nouveau-Brunswick, au poste de vérificateur général l'an dernier.

Mais c'est trop tard. Ferguson est nommé pour cinq ans, et il fait une bonne jobbe même si c'est malheureusement seulement en anglais.

Ferguson était incapable de répondre en français à la plupart des questions des journalistes après qu'il avait présenté son rapport au Parlement.

On dit que l'autre choix était Renaud Lachance, un grand expert en comptabilité et vérification au Québec, qui est aujourd'hui sous-commissaire à la Commission Charbonneau.

Mais Lachance apparemment ne voulait rien savoir d'Ottawa. Il ne voulait pas plonger dans la chaudière bouillante qui est Ottawa.

Ce n'est pas surprenant que Harper a choisi de critiquer Ferguson plutôt qu'un des autres unilingues anglophones qu'il a nommé à des postes importants.

Ferguson critique souvent Harper et les nombreuses gaffes de ses ministres, qui nous portent à se demander si Harper regrette sa nomination de Ferguson pour des raisons autres que linguistiques.

Harper aura la chance de corriger son erreur. Le député NPD, appuyé par Yvon Godin, un fier acadien, présente un projet de loi qui rendrait obligatoire que seuls des bilingues puissent être nommé aux 10 plus importants postes au parlement, y compris celui du vérificateur-général.

Deux des cinq juges de la Cour suprême nommés par Harper sont unilingue anglais. Harper n'a pas qualifiés ses nominations d' « erreurs. »

Le gouvernement Harper, déjà impopulaire au Québec, aura de la misère à rejeter le projet de loi NPD, d'autant plus qu'un gouvernement souverainiste est au pouvoir à Québec et que ce dernier pourrait utiliser une autre gaffe de Harper sur le plan linguistique pour mousser indépendance du Québec.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires