Banquet de la francophonie: Allan Rock défend sa francophonie

Sébastien Pierroz
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Si le 15e banquet de la francophonie récompensait six lauréats samedi soir à Rockland, le recteur de l'Université d'Ottawa, invité d'honneur, l'a emporté à l'applaudimètre.

Le recteur de l'Université d'Ottawa Allan Rock lors de son discours.

Devant les 300 convives, le recteur a livré un discours convaincant: «La désignation officielle de l'Université reste une priorité pour nous (…) Nous le ferons.»

Si M. Rock a aussi vanté son projet de campus satellite entièrement francophone dans le sud-ouest de l'Ontario, il ne s'est pas prononcé en revanche pour une université franco-ontarienne comme l'exige depuis plusieurs mois le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO): «La désignation vise à protéger le français à l'Université. Nous sommes dans ce cas une partie de la solution d'une université franco-ontarienne. Cette solution s'appelle l'Université d'Ottawa»

Le recteur renvoie d'ailleurs la balle au gouvernement concernant le cout du projet de l'université franco-ontarienne: «C'est peut-être dispendieux, mais il faut le demander au ministre.»

Outre le discours attendu d'Allan Rock, le rituel du 15e banquet visant à récompenser des «acteurs impliqués dans la francophonie» n'a pas dérogé à la règle des célébrations. Les six récipiendaires de l'ordre de la francophonie se sont succédé à la tribune, se confondant en remerciements et en mots agréables.

Parmi eux: Daniel-Pierre Bourdeau, agent de liaison communautaire pour le Centre canadien de leadership en évaluation (CLÉ) basé à Ottawa: «C'est bien sûr un grand honneur. Je me suis toujours considéré comme un Canadien francophone quand certains me disaient que j'étais tout simplement canadien», a-t-il livré dans un discours à saveur engagé.

Gilles Blache, bien connu pour son rôle d'animateur bénévolat dans la Fédération des ainés et des retraités francophones de l'Ontario (FAFO), a aussi récolté les précieux lauriers. Tout comme Bryan MacKillop, commandant du détachement Hawkesbury de la Police provinciale de l'Ontario et Louise Bédard, présidente du Comité de l'ancienne prison de L'Orignal, ont également reçu l'ordre de la francophonie.

Côté jeunesse, le prix Thomas-Godefroy, réservé aux plus jeunes, a sacré Andréanne Marcotte, élève à l'École secondaire catholique régionale de Hawkesbury et Mélanie Brulotte, étudiante à la Faculté de l'Université d'Ottawa. Cette dernière croit d'ailleurs en la simplicité de l'engagement: «Il suffit de participer. C'est souvent quelque chose de simple et facile qui fait le bonheur»

Organisations: Université d'Ottawa, Centre canadien de leadership, Hawkesbury de la Police provinciale de l'Ontario Comité École secondaire catholique régionale de Hawkesbury

Lieux géographiques: Ontario, Ottawa, Orignal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires